Le marché de traitement archivistique, ou comment récoler, classer et signaler plus de 300 mètres linéaires d’archives en un peu plus de trois ans !

Depuis la fin 2017, le Grand équipement documentaire pilote un marché de traitement de fonds d’archives qu’il conserve et communique, en provenance des établissements membres du Campus Condorcet. Les opérations sont de trois types : classement et signalement de fonds sur le catalogue Calames de l’ABES, récolement de grands ensembles d’archives, rétroconversion d’instruments de recherche dans Calames. Ces opérations ont été réalisées aussi bien sur des archives de personnes physiques (chercheurs, militants) que sur des archives de personnes morales (centres de recherche, revues, sociétés académiques). Ce marché signé avec le Bureau van Dijk a permis de classer et signaler plus de 300 ml d’archives.

Modalités de réalisation des prestations

Une démarche a été mise au point permettant de s’assurer que l’ensemble des opérations sont réalisées dans un ordre et selon des phases de validation classiques dans le traitement des fonds d’archives. Ces phases font systématiquement l’objet d’un cahier de spécifications, document contractuel dans lequel on retrouve des informations suivantes :

  • Cadre général de l’opération : coordonnées des responsables et interlocuteurs du projet ;
  • Modalités pratiques : site d’exécution (adresse, horaires, fermetures éventuelles), espaces de travail pour les prestataires, modalités d’accès, informations pour le déjeuner, équipement et matériel à disposition (accès informatique, rayonnages…), documents de référence à disposition (cadre de classement, manuels…) ;
  • Description du fonds et de son producteur : information sur le producteur (données biographiques et bibliographiques), historique de la conservation des archives, présentation générale du fonds (volumétrie, principales typologies, langues, statut juridique, état général des documents, état de traitement, information et documentation disponibles sur le fonds) ;
  • Rappel des prestations attendues sur le fonds et consignes détaillées sur les opérations de traitement à réaliser (récolement, tri, établissement d’un plan de classement, reconditionnement et cotation, signalement sur Calames).

Les fonds sélectionnés ressortent d’un choix concerté avec les établissements, selon des critères à la fois scientifiques et pratiques. Ainsi, certains fonds ont été sélectionnés car il s’agit d’archives de grands noms des sciences humaines et sociales (Claude Lefort, François Furet, Louis Dumont), d’autres car ce sont des archives de militants collectées par le Centre d’histoire sociale (Jacques Grangé, Pierre Accard, Jean Charlot). Un critère logistique a prévalu pour de volumineux fonds d’archives de centres de recherche n’ayant jamais fait l’objet d’un archivage, tels le Centre de sociologie du travail et arts (CESTA – EHESS), le Groupe Société, religions, laïcités (GSRL – EPHE) et le Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique Latine (CREDA – CNRS/Paris 3).

Le traitement des fonds de chercheurs et de militants a été réalisé avec l’aide des personnes en charge des fonds, documentalistes et archivistes, dans les structures documentaires et archivistiques des établissements. Ont participé à l’encadrement de ces opérations de traitement Rossana Vaccaro (Centre d’histoire sociale, Université Paris 1) et Alicia Léon y Barella (Service commun de documentation, Université Paris 1), Elisabeth Dutartre (Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron, EHESS), Nicolas Veysset (Centre de recherches historiques, EHESS), Magalie Nié et Marine Coquet (Service des archives de l’EHESS), Margot Georges (Service des archives de l’EPHE), Julien Pomart et Guillaume Martin (Service des archives de la FMSH), Timothée Bonnet (Service des archives de l’Université Paris 13) et Fabrice Melka (Institut d’études africaines). Les archivistes qui ont réalisé le traitement des fonds sont Emmanuelle Portugal (Studia Conseil), Corentin Le Corre, Guillaume Papazoglou, Laurence Cappelletto et Carolina Carbonell (Bureau van Dijk), sous la direction d’Elydia Barret, Goulven Le Brech, Clarisse Sabbagh, Baptiste Billaud et Mathilde Dumonteil (Grand équipement documentaire du Campus Condorcet).

Présentation de trois fonds

Parmi la trentaine de fonds ayant fait l’objet d’un traitement archivistique dans le cadre de ce marché de traitement, nous avons choisi de présenter les trois derniers qui ont été traités.

  • Les fonds Louis Dumont et Suzanne Tardieu-Dumont

Louis Dumont (1911-1998) est un anthropologue français, spécialiste de l’Inde, dont la réflexion porte également sur les sociétés occidentales en s’appuyant sur des analyses comparatives. L’œuvre de Dumont, centrée sur la question de l’individualisme, concerne l’ensemble des domaines des sciences sociales : philosophie, histoire, droit, sciences politiques, sociologie et anthropologie. Il devient directeur d’études à la sixième section de l’École pratique des hautes études (devenue EHESS en 1975) en 1955 où il crée, en collaboration avec l’économiste Daniel Thorner, le Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud (CEIAS). Il a aussi été associé au sein de l’EHESS à l’Equipe de Recherche en Anthropologie Sociale : Morphologie, Échange (ERASME). Suzanne Tardieu-Dumont (1920-2019), épouse de Louis Dumont, a travaillé pour le Musée national des Arts et Traditions Populaires (MNATP) sous la direction de son fondateur et premier directeur Georges Henri Rivière (1897-1985).

Les archives de Louis Dumont et de Suzanne Dumont-Tardieu ont été collectées par le service des archives de l’EHESS, entre 2018 et 2019. Elles proviennent pour la plus grande partie de l’appartement occupé par Louis Dumont et Suzanne Tardieu-Dumont, rue Lagrange dans le 5ème arrondissement de Paris, et, pour une petite partie, de leur maison secondaire dans l’Essonne. Les archives ont été collectées par l’entremise des neveux de Suzanne Dumont-Tardieu, Marc et Bruno Tardieu, qui ont sensibilisé leur tante à l’intérêt de donner ses propres archives et celles de son mari à l’EHESS pour une conservation par le GED. A aussi été associé à la collecte Jean-Claude Galey, Directeur d’études à l’EHESS et disciple de Louis Dumont.

Le fonds Louis Dumont résulte principalement de ses activités de recherche et de publication. On y trouve essentiellement des dossiers thématiques composés de notes de terrains, notes de lectures, contributions scientifiques et coupures de presse. Le fonds est composé d’un important volume de littérature grise (travaux universitaires, tirés-à-part, rapports…), d’une correspondance scientifique avec des organismes de recherche et des chercheurs français, ainsi que de notes manuscrites prises à l’occasion de cours ou de séminaires. Le fonds Suzanne Tardieu-Dumont résulte de ses activités d’anthropologue et conférencière, principalement à l’École du Louvre et au Musée national des Arts et Traditions populaires. Le lecteur y trouvera essentiellement des dossiers de travail préparatoire à des publications, des enquêtes sur le mobilier traditionnel et la vie domestique ainsi qu’un projet de catalogue concernant le luminaire traditionnel.

Le fonds Louis Dumont classé et reconditionné
  • Le fonds Claude-Hélène Perrot

Claude-Hélène Perrot (1928-2019), est une historienne et africaniste française, professeure d’histoire contemporaine de l’Afrique à l’université Panthéon-Sorbonne de 1983 à 1993 et spécialiste de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Claude-Hélène Perrot réalise une licence d’histoire-géographie à la Sorbonne en 1950 et après l’obtention du CAPES, devient professeure dans l’enseignement secondaire de 1955 à 1961. Elle découvre l’Afrique à l’occasion d’un voyage au Sénégal et, dans la foulée, s’inscrit à l’École pratique des hautes études, où elle suit les cours de Roger Bastide et Georges Balandier. Elle travaille sur les archives de la Société des missions évangéliques de Paris et prépare une thèse sur le roi sotho Moshoeshoe 1er, qu’elle soutient à la Sorbonne en 1963, et qui est publiée en 1970 sous le titre Les Sotho et les missionnaires européens au XIXe siècle.

Claude-Hélène Perrot fait carrière à la direction de la recherche en Côte d’Ivoire, puis à l’École des lettres d’Abidjan, l’actuelle université Félix-Houphouët-Boigny, jusqu’en 1971. Elle est détachée au CNRS à Paris, de 1971 à 1973. Elle soutient en 1978 une thèse d’État, intitulée « Les Anyi-Ndenyé et le pouvoir politique aux XVIIIe et XIXe siècles » à l’université Paris-Descartes. En 1983, elle est élue professeure à l’université Paris 11. Elle prend sa retraite académique en 1993, tout en continuant à animer un séminaire universitaire et à se rendre en Côte d’Ivoire pour des conférences. Elle a appartenu au Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire.

Le fonds Claude-Hélène Perrot est arrivé au GED par l’intermédiaire de Fabrice Melka, ingénieur d’études à l’Institut des mondes africains (IMAF), en 2020. Le fonds a été donné par les ayants droit de l’historienne à l’établissement public Campus Condorcet. Ce don a été soutenu par François-Xavier Fauvelle, professeur au Collège de France et proche de Claude-Hélène Perrot. Le lecteur trouvera dans le fonds Claude-Hélène Perrot des données produites et collectées sur le terrain, principalement chez les Anyi-Ndényé et les Eotilé (Côte d’Ivoire) et dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne : cahiers de terrains, enregistrements sonores et photographies. D’autres documents témoignent de l’action de Claude-Hélène Perrot en faveur de la promotion du patrimoine ivoirien.

Les instruments de recherche des fonds Louis Dumont, Suzanne Tardieu-Dumont et Claude-Hélène Perrot seront publiés dans les mois qui suivront l’ouverture au public de la salle de lecture encadrée du GED. Les instruments de recherche des fonds qui sont déjà communicables sont publiés sur Calames, à l’adresse suivante :

http://www.calames.abes.fr/pub/condorcet.aspx#details?id=FileId-2957

Tableau récapitulatif des opérations réalisées dans le cadre du marché de traitement archivistique

Intitulé du fondsStatutDateOpérationsVolumétrie
Jacques Grangé (Paris 1 – CHS)Personne physique – militant2017Classement et signalement3 ml
Michel Lejeune (EPHE – Service des archives)Personne physique – chercheur2017Classement et signalement2,3 ml
Revue Les Nouvelles de l’archéologie (FMSH)Personne morale – revue2017Classement et signalement7 ml
Centre de Sociologie des Arts CSA- Centre de Sociologie du Travail et des Arts CESTA (EHESS – Service des archives)Personne morale – centre de recherche2017Récolement33 ml
Pierre Accard (Paris 1 – Centre d’histoire sociale, CHS)Personne physique – militant2018Classement et signalement4,9 ml
Jean Charlot (Paris 1 – Centre d’histoire sociale, CHS)Personne physique – militant2018Classement et signalement5,2 ml
Gustave Durup (Paris 1 – Centre d’histoire sociale, CHS)Personne physique – militant2018Classement6 ml
François Poirier (Paris 13, Service des archives)Personne physique – chercheur2018Récolement  27 ml
Louis Bergeron (EHESS – Centre de recherches historiques, CRH)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement14 ml
François Furet (EHESS – Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron, CESPRA)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement8 ml
Les Amis de François Furet (EHESS – Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron, CESPRA)Personne morale – société académique2019Classement et signalement0,4 ml
Claude Lefort (EHESS – Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron, CESPRA)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement4,8 ml
Arthur Giry (EPHE, Bibliothèque Michel Fleury)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement3 ml
Wladimir Golenischeff (EPHE, Centre Wladimir Golenischeff)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement5 ml
Maurizio Catani (FMSH, Service des archives)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement7,4 ml
Nicole-Claude Mathieu (FMSH, Service des archives)Personne physique – chercheur2019Classement et signalement6,3 ml
Groupe Sociétés, religions, laïcités (EPHE)Personne morale – centre de recherche2019Récolement49 ml
Institut d’histoire du temps présent (IHTP, CNRS)Personne morale – centre de recherche2020Rétroconversion125 ml
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine-CREDA (CNRS, Paris 3)Personne morale – centre de recherche2020Récolement70,6 ml
Louis Dumont (EHESS – Service des archives)Personne physique – chercheur2020Classement et signalement16 ml
Suzanne Tardieu-Dumont (EHESS – Service des archives)Personne physique – chercheur2020Classement et signalement4,3 ml
Paul Paillat (INED – Service des archives)Personne physique – chercheur2021Classement et signalement4,5 ml
Claude-Hélène Perrot (Institut d’études africaines, IMAF)Personne physique – chercheur2021Classement et signalement27,3 ml

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search