Co-construire le cadre de classement des collections en libre-accès

Cet article fait partie d’une série de billets sur les collections du Grand équipement documentaire (GED), destinés à mettre en lumière le processus de mutualisation des collections de 50 bibliothèques, centres de documentation et services d’archives issues de la FMSH, l’INED, l’EPHE, l’EHESS, le CNRS, les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sorbonne Nouvelle et Sorbonne Paris Nord, qui constituent le GED.

Auteur : Geoffrey Haraux

Les collections mutualisées, désormais mieux connues, devaient ensuite être organisées au sein d’un cadre mettant en valeur les points d’excellence de la collection, tout en permettant aux usagers d’appréhender différents ensembles de documents. L’implantation des collections en libre-accès n’est toutefois pas la seule voie d’accès aux collections puisque tous les documents sont signalés dans un catalogue informatique indiquant l’emplacement de chacun d’entre eux, pour un accès direct à un ouvrage en particulier.

Méthodologie et démarche de co-construction

Le cadre a été pensé par rapport aux pratiques de nos futurs usagers, à l’organisation institutionnelle des équipes de recherche et à la nature des collections, leur histoire et leurs particularités : ce n’est pas un cadre à vocation encyclopédique pensé ex-nihilo. Il reflète donc l’équilibre actuel de la documentation qui rejoindra la bibliothèque et pourra être modifié en cas d’évolution.

Les fondations de ce cadre d’implantation ont été posées en 2013 avec la constitution de huit territoires de recherche, validés par les instances du Campus Condorcet et inscrits au programme du GED. Le cadre d’implantation a ensuite été travaillé et affiné entre l’automne 2015 et le printemps 2016 en collaboration avec des bibliothécaires et des chercheurs des établissements pour aboutir à une proposition à trois niveaux :

  • territoires de recherche
    • dominantes
      • segments.

Un groupe de travail composé de bibliothécaires et de chercheurs s’est réuni pour travailler sur les territoires thématiques, leur dénomination et leur organisation. Pour les aires culturelles, des réunions regroupant bibliothécaires et chercheurs ont été organisées pour chaque aire.

Cette collaboration, combinant l’expertise des bibliothécaires sur leurs collections, et celle des chercheurs sur leurs domaines de recherche, était nécessaire pour élaborer une organisation correspondant à la fois aux attentes des usagers et au contenu des collections. Le cadre d’implantation a également été présenté aux représentants des établissements, au groupe de travail GED et enfin présenté au conseil scientifique du Campus Condorcet pour validation le 10 mai 2016.

Des groupes de travail spécifiques ont également été réunis pour instruire la question des corpus d’auteurs. Ainsi deux listes d’auteurs en histoire des textes, philosophie, sciences des religions d’un côté et sociologie et anthropologie de l’autre ont été définies pour constituer des corpus regroupant à la fois l’œuvre de chacun de ces auteurs mais également les commentaires et études sur ces auteurs et leurs œuvres.

L’organisation des collections faisait l’objet d’un intérêt fort chez les professionnels de la documentation comme chez les chercheurs, parce qu’elle est investie d’une valeur symbolique dépassant le simple aspect pratique du problème (entreposer et retrouver des ouvrages).

Conçu comme un moyen de découvrir les collections en laissant une place au hasard, le libre-accès peut être vu comme une vitrine mettant en valeur la production scientifique et comme un dispositif pédagogique mettant en scène les savoirs. De ce fait, il importait de consulter un grand nombre d’acteurs du projet et de concilier des demandes fortes portant sur la visibilité de certains concepts ou objets de recherche au sein de l’organisation comme les mouvements sociaux, les études sur le genre ou les aires culturelles.

Les territoires de recherche

A.      Connaissances et savoirs

Ce territoire de recherche est pensé comme une introduction à l’ensemble de l’offre documentaire de la bibliothèque. Il incarne l’ambition de la bibliothèque d’inviter à un regard réflexif et rétrospectif sur les pratiques scientifiques, les disciplines et l’interdisciplinarité, les traditions et les innovations. L’histoire et l’épistémologie des sciences et des techniques, des sciences humaines et sociales, ainsi que des institutions, acteurs et méthodes de la recherche scientifique en constituent le cœur en associant les fonds du Centre Alexandre Koyré (CAK, EHESS) et le fonds d’histoire des sciences et de méthodologie et théorie des sciences sociales de la bibliothèque de la FMSH. La méthodologie et la théorie des sciences sociales constituent le second élément important de ce territoire de recherche tant pour les chercheurs confirmés s’intéressant à ces questions que comme apport pédagogique pour les apprentis chercheurs.

B.      Histoire

L’histoire représente une des disciplines majeures de la bibliothèque. L’histoire contemporaine représente 70 % de l’ensemble contre 30 % pour les autres périodes. Le cœur des collections de ce territoire pour l’ensemble des périodes est constitué par le fonds d’histoire de la FMSH, le fonds apporté par le Centre de recherches historiques (CRH, EHESS), le fonds du Laboratoire de démographie et d’histoire sociale (LADEHIS, CRH –EHESS) et une partie du fonds du Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA, EHESS). L’histoire ancienne bénéficie de l’apport du fonds de l’Année épigraphique (AE, CNRS), l’histoire médiévale de celui du Groupe d’archéologie médiévale (GAM, CRH – EHESS) et l’histoire contemporaine de celui de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP, CNRS), du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et du Centre d’histoire des relations internationales contemporaines (CHRIC, Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Comme dans les autres territoires de recherche, le choix des dominantes en histoire contemporaine est le fruit de discussions avec des chercheurs et des bibliothécaires. La dominante « Généralités » est appelée à regrouper les usuels et ouvrages de synthèse ainsi que les biographies. La dominante « Institutions, politiques publiques, mouvements sociaux » comprend ce qui a trait à l’histoire de la vie et des événements politiques, des institutions et des politiques publiques, des acteurs politiques (partis, groupes, personnalités) ainsi que des mouvements sociaux. La dominante « Sociétés et cultures » est dédiée à l’autre partie de l’histoire sociale, à l’histoire culturelle et à l’histoire économique. On y trouve les ouvrages consacrés à l’histoire des cadres de vie et des populations, à l’histoire du travail et de la vie économique et à l’histoire des cultures contemporaines. Le choix a été fait d’ajouter à ces dominantes thématiques une dominante « Guerres et conflits » organisée chronologiquement qui ne vise pas uniquement à rassembler la documentation sur l’histoire militaire et diplomatique, mais plus largement la documentation sur l’histoire des sociétés en situation de guerre.

C.      Textes, sens, création

Ce territoire de recherche rassemble l’ensemble des collections portant sur l’étude des textes, de la pensée et des images de toutes les époques et dans toutes les perspectives (conceptuelle, spirituelle, artistique…).

Compte tenu de l’importance de références communes à la philosophie, à l’histoire des textes et aux sciences des religions et du rôle de l’approche auctoriale dans ces disciplines, des corpus d’auteurs communs à ces trois dominantes regrouperont les textes et commentaires directs des auteurs dont les œuvres sont considérés comme des sources par les chercheurs.

L’histoire des textes est une dominante majeure de ce territoire de recherche. Les collections qui la composent sont issues des fonds de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT, CNRS) et de la bibliothèque de l’Institut des traditions textuelles (ITT, CNRS).

Les sciences de l’érudition forment une dominante regroupant des disciplines multiples ayant trait aux sciences auxiliaires de l’histoire, à l’histoire de l’art et à la philologie. Les collections proviennent essentiellement de la bibliothèque Fleury (EPHE), des bibliothèques de l’IRHT et de l’ITT ainsi que des fonds apportés par le Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval (GAHOM, CRH – EHESS), d’une partie du fonds de l’Année épigraphique et du fonds de livres de la photothèque Gabriel Millet (EPHE).

Les sciences des religions sont un des points forts des collections de la bibliothèque. Les fonds mutualisés en son sein sont parmi les plus importants en Île-de-France : il s’agit principalement des collections de la bibliothèque des sciences religieuses (BSR, EPHE) du Centre d’études de sciences sociales sur le religieux (CESOR, EHESS) et du Groupe sociétés, religions, laïcité (GSRL, EPHE) ainsi que d’apports de la bibliothèque Fleury, de la FMSH, du GAHOM, de l’ITT et du Centre Wladimir Golenischeff (CWG, EPHE).

La philosophie forme le pivot de cet ensemble, composé principalement de l’important fonds constitué dans cette discipline par la FMSH. Une partie des fonds du CESPRA vient enrichir les collections dans cette discipline en éthique et philosophie politique.

En lien avec la philosophie du langage et l’esthétique, la dominante Langages, écriture, création regroupe les fonds de théorie littéraire et artistique et de linguistique de la FMSH.

Également en lien avec les collections de philosophie, la dominante sciences de la psyché regroupe les collections de psychanalyse et de psychologie de la FMSH ainsi que le fonds Serge Moscovici du Laboratoire de psychologie sociale (LPS, EHESS).

D.     Espaces, populations, sociétés

Ce territoire de recherche regroupe un nombre conséquent de sciences sociales : la démographie, la sociologie, l’anthropologie, trois disciplines occupant une place importante dans les collections, ainsi que l’économie, les sciences politiques ou encore la géographie. Ce territoire est essentiellement alimenté par les fonds de l’INED et de la FMSH.

La dominante démographie comprend les statistiques et enquêtes démographiques, les études sur les classes d’âge, sur la famille, sur les couples, la contraception et la natalité, sur la mortalité et la santé publique, sur l’habitat et les mobilités résidentielles ainsi que sur les migrations internationales.

La dominante sociologie et anthropologie est organisée en segments thématiques regroupant les deux disciplines : la communication et les médias, la culture et l’éducation, le travail et les activités économiques, les classes sociales et les inégalités, l’étude des normes et des déviances, les études sur le genre et la sexualité, l’étude des sentiments d’appartenance, des ethnicités et des nationalités ainsi que l’étude de la construction et diffusion des croyances au sein des sociétés.

La dominante sciences politiques, économiques et juridiques comprend des études sur les partis et les idéologies politiques, sur les institutions et les systèmes de gouvernement, d’histoire et de philosophie du droit, sur les théories économiques, sur l’histoire économique et financière, sur le développement et la croissance économique, sur la production et le commerce et sur la vie politique et économique de différents pays.

La dominante espaces et environnement regroupe les études sur l’environnement et l’écologie, sur les espaces urbains et sur les espaces ruraux. Les disciplines représentées y sont les sciences de l’environnement, la géographie et l’urbanisme, mais également la sociologie, l’anthropologie et l’histoire.

E.      Afrique

Le territoire Afrique s’appuie sur les fonds de la Bibliothèque de recherches africaines (BRA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), plus spécialisés en histoire, et sur ceux de l’ancien Centre d’études africaines (CEAF, EHESS), plus spécialisés sur l’Afrique contemporaine.

F.       Amériques

Le territoire Amériques s’appuie sur les collections de la bibliothèque de l’Institut des hautes études d’Amérique latine (IHEAL, Sorbonne Nouvelle) et du Centre de recherches sur l’Amérique latine et le monde ibérique (CRALMI, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) pour les dominantes sur l’Amérique latine et les fonds du Centre d’études nord-américaines (CENA, EHESS), du Centre de recherches d’histoire nord-américaine (CRHNA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de l’Institut des Amériques (IDA) pour la dominante Amérique du nord. Compte tenu de l’intégration aux collections d’un fonds spécialisé très riche sur Haïti d’une part, et de la place particulière de l’espace caribéen dans les études américaines, une dominante spécifique a été créée concernant les Caraïbes en général et plus particulièrement Haïti.

G.     Asie

Le territoire Asie regroupe des collections concernant des pays ou régions d’Asie orientale ou d’Asie du sud. Il est organisé en dominantes géographiques correspondant aux fonds spécialisés qui le constituent : Asie du sud avec le fonds du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud (CEIAS, EHESS), Études himalayennes avec les fonds du Centre de documentation sur l’aire tibétaine (CDAT, EPHE) et du Centre d’études himalayennes (CEH, CNRS), Chine avec les fonds du Centre de recherches sur les langues d’Asie orientale (CRLAO, EHESS) et du Centre d’étude sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC, EHESS), Corée avec le fonds du Centre de recherches sur la Corée (CRC, EHESS), Japon avec les fonds du Centre de recherches sur le Japon (CRJ, EHESS) et du Centre d’études sur les religions et les traditions populaires du Japon (CERTPJ, EPHE), Asie du sud-est avec le fonds du Centre Asie du sud-est (CASE, EHESS) et études mongoles et sibériennes avec le fonds du Centre d’études mongoles et sibériennes (CEMS, EPHE).

H.     Eurasie

Cet ensemble correspond à un espace comprenant l’Europe centrale et orientale, la Russie, le Moyen-Orient et l’Asie centrale, renvoyant aux champs d’étude du Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen (CERCEC, EHESS), du Centre de recherches en histoire des Slaves (CRHS, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), du Centre de recherches en histoire de l’Europe centrale contemporaine (CRHECC, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC, EHESS).

Voir le cadre de classement complet : https://www.campus-condorcet.fr/medias/fichier/cadre-implantation-ged_1614679846958-pdf


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16/05/2021

    […] Une fois le cadre d’implantation des collections dans le libre-accès du GED défini, il restait à y ranger les quelque 800 000 documents physiques venus des bibliothèques mutualisées, en leur attribuant une nouvelle cote, dans un premier temps virtuelle, dans le Système d’information documentaire Chantier. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search