Qu’attendez-vous du GED en matière de soutien à la recherche ?

Présentation des résultats d’une enquête en ligne menée par le GED de janvier à mars 2020

Dans le cadre de la construction, avec les équipes de recherche, d’une politique de soutien à la recherche, le Grand équipement documentaire du Campus Condorcet cherche à mieux connaître les pratiques actuelles ainsi que les besoins en matière d’appui à la recherche.

C’est dans ce but que les chercheuses et chercheurs résident.es ont été invité.es à répondre à un questionnaire en ligne au cours du premier trimestre 2020. Il comprenait 15 questions portant sur des sujets divers tels que la science ouverte, la gestion des données de la recherche, la numérisation, les outils numériques, la valorisation des travaux de recherche ou encore les formations attendues. 119 personnes relevant de la recherche, de l’enseignement ou du soutien à la recherche ont répondu à ce questionnaire et nous les en remercions. Nous présentons ici succinctement les résultats de cette enquête et les leçons que nous pouvons en tirer pour les activités de soutien à la recherche au sein du GED.

Science ouverte et HAL

44 personnes, ce qui correspond à un peu plus d’un tiers des réponses, estiment qu’elles auraient besoin d’une assistance pour le dépôt de leurs publications dans HAL. Les formations et démonstrations au fonctionnement de HAL sont donc un service attendu de la part du GED, en complémentarité d’autres établissements (SCD des universités, URFIST, INSHS…).

En ce qui concerne les identifiants chercheurs, 37 % des personnes ayant répondu déclarent avoir un IDHAL et 39 % un ORCID. Pour autant, une information sur les différents types d’identifiants permettrait de sensibiliser les chercheurs et chercheuses sur leur importance pour avoir un bon référencement et valoriser leurs recherches.

Numérisation et édition de corpus numériques

Un premier constat s’impose concernant les projets de numérisation et d’édition de corpus en ligne : parmi les personnes ayant répondu, seul un tiers mène un projet de ce type. Cependant, 14 % supplémentaires envisagent à des degrés variés la possibilité d’en avoir un et estiment que l’aide du GED serait appréciable. Les expertes et experts qui ont un projet en cours et n’estiment pas avoir besoin d’aide ne représentent que 10 %. Le GED pourrait cependant développer utilement une offre d’assistance pour ce type de projet.

Données de la recherche

Près de 58 % des personnes déclarent que leurs données sont archivées. Les commentaires montrent cependant que tout le monde ne donne pas le même sens à la question (stockage sur disque dur, en ligne, etc.). Près de la moitié des personnes ayant répondu déclarent diffuser leurs données de recherche, mais pour la majorité d’entre elles il s’agit d’une diffusion dans les publications (vraisemblablement sous la forme de tableaux ou graphiques). Les démographes citent la plate-forme Quetelet gérée par Progedo. D’autres mettent en ligne des bases de données.

L’action possible du GED en matière d’archivage et de diffusion des données de recherche reste à définir et son périmètre précis doit être envisagé en complémentarité de l’action des établissements membres. Ainsi, l’archivage intermédiaire des données de travail individuelles des chercheurs et chercheuses ressort plutôt du périmètre des établissements, même si les professionnel.les du GED peuvent jouer un rôle de conseil sur la structuration et la gestion de ces données. Le GED pourrait se concentrer sur la diffusion et l’archivage de données issues de travaux collectifs comme les projets, soit dans le cadre d’une assistance à la mise en forme des données et à l’utilisation d’outils existants, soit dans le cadre d’un projet de développement d’un outil propre, complémentaire d’un dispositif d’archivage électronique. Le rôle du GED variera vraisemblablement selon les équipes et les disciplines, certaines ayant déjà des pratiques bien établies de gestion des données comme les démographes travaillant sur les grandes enquêtes nationales avec Progedo et la plate-forme Quetelet.

 

Seulement un quart des personnes ayant répondu sont confrontées à la rédaction d’un plan de gestion de données ou Data Management Plan (DMP), à présent obligatoire pour les projets ANR et depuis plus longtemps pour les projets européens. D’autres devraient l’être prochainement au fil des appels à projet. Ainsi 10 % des personnes ayant répondun’ont pas de DMP à réaliser mais estiment que l’occasion pourrait se présenter et apprécieraient recevoir de l’aide. Seuls 3% ont un DMP à réaliser et jugent ne pas avoir besoin d’aide. Ici encore, Le GED pourrait cependant apporter une expertise utile sur un sujet amené à prendre de plus en plus d’importance.

Outils numériques

 

La majorité des types d’outils numériques cités dans l’enquête sont utilisés par 15 à 20 % des personnes. Les logiciels de gestion d’images sont utilisés seulement par 7 % des personnes interrogées . Il serait intéressant de ne pas les délaisser pour autant dans la mesure où ils pourraient être utiles aux historiens et historiennes qui prennent beaucoup de photographies d’archives : peut-être sont-ils tout simplement trop méconnus ?  Chaque outil a sa communauté. R, dans ses différentes applications, est le logiciel le plus cité dans toutes les catégories. Les autres outils les plus cités sont Gephi pour la datavisualisation, QGIS et Philcarto pour les SIG et la cartographie, Hyperbase pour le text-mining et Tropy pour les images. Sont également mentionnés les outils de statistiques, R bien sûr mais également Stata utilisé par les démographes.

 

Formations

Les formations qui suscitent le plus d’intérêt sont : formations à l’utilisation de HAL (48 %), à la valorisation et à la diffusion de ses recherches (46 %), à la réalisation de plans de gestion de données (44 %) et à Zotero (42 %). On y trouve ainsi des attendus (Zotero, HAL), des besoins liés à des obligations récentes (DMP) et des domaines où les attentes gagneraient à être précisées (valoriser et diffuser ses recherches). 38 % des personnes ayant répondu aimeraient une formation aux projets numériques. Les formations plus classiques de recherche documentaire, archivistique et de veille sont moins demandées (environ 30 % de réponses positives). Les formations à l’utilisation des référentiels d’identité pour les chercheurs ne suscitent que 27 % de réponses positives : l’intérêt pour le sujet est encore timide, un travail de sensibilisation et de présentation est à mener.

Diffusion et valorisation

Concernant les réseaux sociaux, Academia.edu est plébiscité, 42 % des personnes interrogées déclarent l’utiliser. Elles ne sont que 27 % à le faire pour ResearchGate, le moins bien placé. 36 % utilisent les réseaux sociaux généralistes (Facebook, Twitter) pour diffuser leurs recherches.

Enfin 29 % écrivent dans un blog ou un carnet Hypothèses ce qui représente une forte minorité s’expliquant par l’investissement requis.

58 % des personnes interrogées ont déjà donné des conférences : c’est une pratique courante. L’organisation d’expositions, plus lourde et plus ou moins pertinente selon le domaine de recherche, n’a été pratiquée que par 23 % des personnes ayant répondu (ce qui est loin d’être négligeable compte tenu du travail que demande une exposition). Il y a visiblement une attente vis-à-vis des espaces d’exposition du GED : 26 % déclarent être intéressés pour faire une exposition et 24 % déclarent souhaiter donner des conférences.

Conclusion

Grâce à cette enquête, le GED va pouvoir construire son offre de services de soutien aux chercheurs et chercheuses, de formations et d’actions de valorisation de la recherche, que ce soit pendant la période du GED Hors les murs et dans le bâtiment définitif une fois celui-ci ouvert courant 2021. À court et moyen terme, les actions suivantes sont envisagées :

  • Mener un travail de sensibilisation, d’information et de formation de premier niveau auprès des résidentes et résidents du Campus sur les sujets suivants : Science ouverte et utilisation de HAL, Données de la recherche, Outils numériques pour la recherche, Projets de numérisation et d’édition de corpus numériques, Diffusion et valorisation des travaux de recherche.
  • Proposer un service d’assistance en matière de numérisation et de mise en ligne de corpus numériques de toutes natures (images, audio, textes) en développant autant que possible des compétences de pointe et des outils de diffusion les plus avancés possibles, notamment la bibliothèque numérique. Les compétences en matière d’expertise juridique ne doivent pas être négligées.
  • Mettre en place un dispositif de collecte et de gestion d’archives nativement numériques sous divers formats.
  • Mettre en place un service d’aide à la réalisation des plans de gestion de données
  • Se doter de compétences internes permettant de mettre en place des formations et assistances à des outils de traitement et de mise en formes de données, en premier lieu R sous ses différents aspects.
  • Faire du GED et de ses espaces un lieu culturel dynamique de valorisation de la recherche sur le Campus.
  • Et sans doute, bien d’autres…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search