Promenades à la découverte du Maitron

Cet article fait partie d’une série destinée à présenter les ressources numériques du Grand équipement documentaire. Retrouvez-nous également sur le compte twitter du Campus Condorcet, avec le mot-dièse #SHSenligne.
Aujourd’hui Barbara Bonazzi, membre de l’équipe Maitron (Centre d’Histoire sociale des mondes contemporains), vous présente le Maitron, le plus grand dictionnaire biographique en langue française, désormais disponible en ligne.

« Tu sais que depuis une dizaine d’années, je me consacre à sortir de l’ombre la masse de ceux qui, dans les pires conditions souvent, ont fait que la vie des travailleurs n’est aujourd’hui en rien comparable à celle que connurent leurs ancêtres il y a un siècle. L’âge d’or est devant nous… Nous y allons par des fondrières que tu connais bien, mais nous y allons. »

Lettre de Jean Maitron à Louis Lecoin publiée sous le titre « Impressions de Jean Maitron », dans Liberté, 1er janvier 1968

Projet de recherche et œuvre éditoriale hors du commun, Le Maitron : Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social est reconnu comme étant le plus grand dictionnaire biographique en langue française. Sa version numérique multiplie les parcours de lecture et les découvertes.

Un Maitron : 200 000 parcours de vies militantes

Initiée en 1955 par Jean Maitron, pionnier de l’histoire ouvrière et sociale en France, cette entreprise a été poursuivie par Claude Pennetier et une équipe de chercheurs dont Paul Boulland, actuellement co-directeur.

Publié par les Éditions ouvrières (désormais Éditions de l’Atelier), avec le soutien du Centre national du livre et du CNRS (CHS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains), ce qui est désormais connu sous le nom du Maitron regroupe les biographies de plus de 200 000 militants, les connus et les sans grade, qui ont marqué l’histoire des XIXe et XXe siècles.

Les biographies, d’abord regroupées dans des volumes imprimés, ont été progressivement mises en ligne après avoir été revues et augmentées. On trouvera donc sur le site du Maitron en ligne les notices biographiques correspondant aux publications suivantes :

  • ainsi que le corpus, disponible exclusivement en ligne, du Maitron Afrique.

Par ailleurs, les biographies du Dictionnaire des Fusillés et massacrés de 1940 à 1945, ont fait l’objet de la création d’un site dédié qui compte plus de 24 000 entrées. Il reprend notamment, dans une version souvent enrichie et corrigée, les 4300 biographies de l’ouvrage papier original et s’accroit régulièrement de nouvelles notices.

Cette somme considérable est en libre accès, à la disposition des chercheurs, militants, étudiants et de tout public, depuis le 5 décembre 2018 sur le Maitron en ligne. Quelques contenus restent actuellement en accès restreint. Il s’agit notamment des biographies des dictionnaires dont la réalisation n’est pas achevée : une partie des notices des Ouvriers du livre, du papier et du carton, une partie de celles du Dictionnaire Belgique , les biographies de la « 6e période » du dictionnaire (1968-1981) et du Dictionnaire biographique des mouvements immigrés. Ces différents espaces de recherche et les biographies sont accessibles pour les résidents du Campus Condorcet, via le catalogue, sur authentification.

Promenons-nous dans le Maitron

Plusieurs parcours de recherche et de découverte sont proposés sur la page d’accueil : outre la recherche simple et le lien vers la recherche avancée, on trouve une présentation du dictionnaire et de ses équipes, des entrées thématiques, des rubriques de valorisation du contenu, des actualités et l’agenda du Maitron, ainsi qu’une sélection de biographies qui évolue au fil du temps et de l’actualité.

Les jalons

Sous la rubrique « Dictionnaires », on accède aux biographies via des entrées chronologiques ou thématiques, correspondant aux volumes imprimés mais également à des regroupements créés pour la version numérique (par exemple, les corpus Femmes ou Volontaires en Espagne républicaine). Par ailleurs, contrairement aux volumes imprimés, toutes les notices sont reliées à une ou plusieurs périodes, ce qui en facilite la recherche.

Flâner…

Sur la page d’accueil, des biographies sont sans cesse mises en valeur en fonction de l’actualité, des projets de recherche, et par des clins d’œil ludiques et impertinents ! Une grande partie du travail de valorisation se fait dans les « Échos d’histoire » au moyen d’articles de synthèse, et dans les rubriques « Explorer le Maitron » et « Maitron multimédia » avec des articles plus longs sur des sujets spécifiques, des cartes interactives, des frises chronologiques, des contenus multimédia, films et enregistrements sonores. Autant de moyens de retracer la carte d’une biographie collective du monde ouvrier et de l’histoire sociale.

L’actualité scientifique du Maitron, les publications des collaborateurs, les portraits d’auteurs, les dossiers sont répertoriés dans « Actualités du Maitron » où l’on trouve également un « Calendrier du Maitron » qui recense l’ensemble des événements et rendez-vous à venir du réseau Maitron.

…ou construire son parcours

Dès sa page d’accueil le site Maitron offre donc de multiples découvertes, mais il est bien sûr possible de construire son parcours en tapant un nom, une thématique, une période, ou en combinant plusieurs critères dans les masques de saisie de recherche simple ou avancée.

Cette dernière est paramétrée par défaut sur la recherche pertinente d’une expression exacte n’importe où dans le texte des notices, elle donne aussi la possibilité de croiser différents critères de recherche grâce aux opérateurs booléens, ainsi que de restreindre le résultat chronologiquement et/ou géographiquement. Le moteur de recherche évolue et s’enrichit continuellement, pour permettre d’affiner encore plus la recherche, notamment à travers le recours aux « facettes ».

Mais surtout, chaque résultat ouvre sur de nouvelles possibilités. En effet, afin de favoriser les plaisirs d’une lecture buissonnière, le parcours de chaque personne biographiée croise celui d’autres militants par des liens hypertextes, ce qui dessine un maillage plus ou moins serré de l’histoire ouvrière et sociale. Par ailleurs, dans chaque biographie sont suggérés trois « rebonds », liens proposés aléatoirement parmi les notices présentant des similitudes chronologiques, géographiques et socioprofessionnelles. Ces rebonds varient à chaque visite ou à chaque affichage de la biographie, renouvelant sans cesse les explorations et les découvertes. Pour certains corpus, figure aussi une invitation à « Aller plus loin », vers des articles de présentation, d’approfondissement ou de synthèse.

Les arpenteurs

Toute la richesse de contenu décrite ci-dessus ne pourrait pas être mise en œuvre sans le réseau de chercheurs et d’auteurs des biographies qui inlassablement depuis plus de cinquante ans parcourent les sources de l’histoire ouvrière et sociale afin d’y découvrir des pistes non exploitées ou inconnues, des militants oubliés ou passés sous silence, ou encore d’amender l’existant. Mais toute la valorisation entreprise depuis quelques années sur les supports numériques, n’est possible que grâce au travail réalisé dans l’ombre du site : « balisage » et révision régulière du thésaurus des mots-clés; recherche de moyens de visualisation nouveaux et évocateurs ; veille technique et technologique sur laquelle repose l’exploitation de la masse de données récoltées ; avènement de nouvelles thématiques de recherche.

« L’histoire d’un ruisseau, même de celui qui naît et se perd dans la mousse, est l’histoire de l’infini…
Toutefois notre regard n’est point assez vaste pour embrasser dans son ensemble le circuit de la goutte, et nous nous bornons à la suivre dans ses détours et ses chutes depuis son apparition dans la source jusqu’à son mélange avec l’eau du grand fleuve ou de l’Océan. Faibles comme nous le sommes, nous tâchons de mesurer la nature à notre taille ; chacun de ses phénomènes se résume pour nous en un petit nombre d’impressions que nous avons ressenties. Qu’est le ruisseau, sinon le site gracieux où nous avons vu son eau s’enfuir sous l’ombrage des trembles où nous avons vu se balancer ses herbes serpentines et frémir les joncs de ses îlots? La berge fleurie où nous aimions à nous étendre au soleil en rêvant de liberté, le sentier sinueux qui borde le flot et que nous suivions à pas lents en regardant le fil de l’eau, l’angle du rocher d’où la masse unie plonge en cascade et se brise en écume, la source bouillonnante, voilà ce qui, dans notre souvenir, est le ruisseau presque tout entier. Le reste se perd dans une brume indistincte. »

Élisée Reclus, Histoire d’un ruisseau, J. Hetzel (Paris), 1882


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/04/2020

    […] Dans la série destinée à présenter les ressources numériques du Grand équipement documentaire, Barbara Bonazzi, membre de l’équipe Maitron, propose une promenade à la découverte du Maitron à lire directement sur le carnet Hypothèses du GED Condorcet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.