Aux fils d’un fonds : les archives de l’africaniste Raymond Mauny (1912-1994)

Cet article fait partie d’une série destinée à présenter les ressources numériques du Grand équipement documentaire. Retrouvez-nous également sur le compte twitter du Campus Condorcet, avec le mot-dièse #SHSenligne.
Aujourd’hui Fabrice Melka, ingénieur d’études à l’Institut des mondes africains (IMAF), vous présente le parcours d’un fonds d’archives de chercheur issu de la bibliothèque de recherches africaines, de sa réception à sa valorisation via une mise en ligne des carnets de recherche sur Hypothèses puis sur Trancrire.

« Au moins, mes collègues pourront en profiter »1

À partir de 1978, à la retraite depuis un an, Raymond Mauny remettait à la Bibliothèque de recherches africaines (BRA)2 « bien des livres, revues et de la documentation qui ne me serviront sans doute jamais plus3 ». Ce préhistorien, archéologue et spécialiste de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest au Moyen Âge donne ainsi sa « documentation », futures archives, à l’institution de conservation du laboratoire dans lequel il a travaillé de 1962 à 1977.

D’autres chercheurs feront de même, contribuant années après années à l’enrichissement des fonds d’archives scientifiques de la BRA4 . De par leur proximité, un contact aisé, l’existence de fonds d’autres collègues, les bibliothèques de recherche sont souvent des points de collecte privilégiés pour les scientifiques comme pour leurs familles. C’est ainsi, notamment, qu’elles s’enrichissent en ouvrages et périodiques et en viennent, sans que cela soit clairement défini dans leurs missions, à préserver des archives.

Ce n’est pas un hasard si Mauny fit don de son vivant et à cette institution d’une bonne part de sa bibliothèque personnelle et de ses archives de travail sur l’Afrique. Collecteur, assembleur et passeur de connaissances, il sut durant sa carrière organiser des lieux de savoirs, en considérant très sérieusement la gestion, la diffusion et la vulgarisation de l’information scientifique.

À Dakar après-guerre, assistant à l’Institut français d’Afrique noire (IFAN), il participe à la « mise en musée » des cultures africaines5 . Il monte la section d’Archéologie-Préhistoire, en anime les réseaux de collecte amateurs, s’occupe du récolement et du classement des matériaux. Au cœur de la fabrique d’un patrimoine et du « discours pédagogique colonial6 », il collabore à la mise en valeur des collections du musée IFAN de Dakar et du Musée historique de l’AOF à Gorée.

À Paris en 1963, professeur d’histoire médiévale de l’Afrique à la Sorbonne, il est à l’origine de la création du Centre de recherches africaines (CRA) avec Hubert Deschamps et Georges Balandier. Il dispose alors de quelques crédits et s’attèle à la mise en place d’un embryon de bibliothèque africaniste : « 800 volumes et 15 périodiques, modeste début7 », la Bibliothèque de recherches africaines (BRA) est née.

Fonctionnaire colonial, chercheur, enseignant, Raymond Mauny va constamment affirmer au travers de son travail l’existence d’un passé africain. Il prône très tôt l’importance de l’étude des sources écrites et archéologiques, la nécessité de faire véritablement une histoire de l’Afrique et de sortir d’une science coloniale. Ce sont les traces de toutes ses activités, liées à la constitution des savoirs africanistes au milieu du XXe siècle, que l’on retrouve dans ses archives.

Le fonds est essentiellement composé de deux grands ensembles documentaires, structurés en fonction des deux grands moments de la carrière de Mauny :

  • De 1947 à 1962, proche collaborateur de Théodore Monod, il dirige la section « archéologie et préhistoire » de l’IFAN. On trouve ainsi de multiples documents touchant à ses tâches de gestion de la recherche et du patrimoine ainsi qu’à l’administration de l’Institut. C’est aussi à cette période un homme de terrain. Il mène bon nombre d’enquêtes, de prospections et de fouilles dans toute l’Afrique occidentale française, parcourant de long en large les bordures sahariennes. Le fonds rassemble tous les matériaux accumulés au cours de ces années : cahiers de terrain, notes de travail, cartes et croquis, photographies, rapports et documentation sur l’organisation des missions. On y retrouve la matière à deux thèses, plusieurs futurs livres et près de 300 articles, de même que quelques dizaines de chroniques écrites pour la presse dakaroise. Participant à tous les grands congrès internationaux d’archéologie africaine de l’époque, il en garde également la trace au sein de cahiers spécifiques.
  •  De 1962 à 1977, il est titulaire de la chaire d’histoire de l’Afrique médiévale à la Sorbonne. Cet ensemble est constitué de nombreux documents relatifs à sa carrière académique, ses publications, ses cours, le suivi de mémoires et de thèses ou la préparation de colloques. Enfin, à côté d’un vaste ensemble de dossiers de travail, est présente une abondante correspondance avec tous les chercheurs du domaine et qui ne se limite pas à ses compatriotes de langue française.

Traitement et valorisation du fonds

La prise en charge des archives dans une bibliothèque de recherche n’est pas chose aisée. Les compétences archivistiques pour les traiter sont souvent absentes. En revanche il est possible de tirer parti de connaissances plus spécifiques liées à une discipline, un domaine de recherche ou une aire géographique et culturelle. On dispose aussi de celles des chercheurs et chercheuses du laboratoire.

Liliane Daronian, alors responsable de la BRA, décide en 1991 de valoriser le fonds et de le faire connaitre. Il est pourvu d’un premier inventaire réalisé sur des fichiers Word par un doctorant. Des 40 gros cartons, une trentaine est examinée, des dossiers thématiques sont constitués, succinctement décrits et cotés. Il n’y a pas de reconditionnement des documents, de simples intercalaires servent de repères et séparent les dossiers. Cela suffit néanmoins pour que quelques chercheurs s’y intéressent et viennent les consulter.

En 2011, faute de réels moyens pour poursuivre le traitement archivistique, nous préférons nous tourner vers la valorisation de certaines de ces archives, en rendant accessible en ligne plusieurs des cahiers de terrain manuscrits réalisés par Mauny entre 1942 et 1962. Le chercheur y relate, au jour le jour, le travail effectué lors de ses prospections et fouilles des principaux sites archéologiques d’Afrique de l’Ouest (Koumbi Saleh, Gao, Tegdaoust, Niani…). Il consigne, outre les données de terrain, ses impressions, ses interrogations et enrichit le texte de photographies, de cartes et de croquis.

Cahiers de terrain de Raymond Mauny sur Hypothèses

Nous avons alors créé, sur la plateforme Hypothèses, un blog dédié où deux cahiers furent mis en ligne (250 pages environ) et transcrits8 . La publication pouvait en quelque sorte être fidèle au processus d’écriture d’un journal : chaque journée donnait lieu à un billet, suivant ainsi le fil de l’eau d’une mission.

Le travail impliquait numérisation, transcription, indexation et géolocalisation. Fin 2012, par essoufflement et manque de temps, le projet s’arrêta.

→  Voir le blog Cahiers de terrain de Raymond Mauny

Nous avons eu de bons retours de la part des chercheurs, plusieurs demandes d’autorisation d’utiliser certaines des pages ou des photographies pour des publications9 et des consultations nombreuses et régulières, jusqu’à aujourd’hui, du site. Grâce à cette mise en ligne, la petite fille de Raymond Mauny nous contacta et fit don de nouvelles archives de son grand-père : un cahier de terrain supplémentaire et trente années de correspondance entre Raymond Mauny et Théodore Monod vinrent ainsi grossir le fonds.

En 2015, nous poursuivons cette expérience de valorisation en créant une plateforme de transcription collaborative, Transcrire, réalisée au sein du consortium « Archives des ethnologues »10 dont la BRA était partenaire, et hébergée par la TGIR Huma-Num.

Cette fois-ci ce sont les utilisateurs du site, chercheurs comme amateurs, qui participent à la transcription des archives et matériaux de terrains de la recherche en sciences humaines et sociales. Elle fut inaugurée avec 15 cahiers de Raymond Mauny.

Voir la collection Mauny sur Transcrire

Transcrire

Cahiers de terrain de Raymond Mauny sur la plateforme Transcrire

Ces deux projets successifs questionnent la mise en ligne d’archives, l’éparpillement virtuel d’un fonds et la difficulté qu’il peut y avoir à restituer les contextes de production des documents.

En 2016, il est donc décidé de reprendre le classement et l’inventaire de l’intégralité du fonds. Cela nous est possible grâce aux financement de l’ABES, du SCD de l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne et du consortium « Archives des ethnologues » nous permettant de recruter une archiviste, Mélanie Lembert.

Dans le précédent inventaire, une partie des documents avait été rassemblée et triée selon un ordre thématique. Chaque carton a donc été repris et a bénéficié d’une nouvelle analyse de son contenu, plus précise et répondant aux normes de description archivistique (en l’occurrence l’ISAD G).

Parallèlement à ce travail de description, un nouveau plan de classement a été établi. Il reprend des bases du premier inventaire tout en respectant les spécificités de la vie professionnelle et les activités de son producteur. Le catalogage et l’indexation furent réalisés en XML-EAD et aboutirent à la publication de l’instrument de recherche dans Calames, le Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur.

Voir l’inventaire du fonds Raymond Mauny sur Calames

En 2019, la Bibliothèque de recherches africaines et le fonds Mauny ont rejoint le GED Condorcet. L’inventaire complet des 94 boîtes et 9,40 mètres linéaires d’archives est désormais disponible au sein des instruments de recherche en ligne des Archives et collections iconographiques du Campus. Les cahiers de terrain seront également valorisés sur la bibliothèque numérique du GED et la numérisation du fonds se poursuivra dans la continuité du travail engagé par la BRA.

La transcription de 11 des 15 cahiers déposés sur Transcrire est terminée, celle des derniers est bien avancée et près de 1600 pages sont d’ores et déjà disponibles en recherche plein-texte. Un très grand merci à nos contributrices et contributeurs : Tilatere, Plume, Mteissier, Daniela, Aurlyn, Justmay, Clairehol, Abyssion, AlisonD, Charlène, Guillaume, So, LLUISAdrien, JeanPierreGirard.

Ouvrez l’œil, de nouveaux cahiers seront bientôt accessibles, n’hésitez pas à venir y faire un tour et participer !

Notes :

  1. Lettre du 26 septembre 1978, fonds Raymond Mauny, 1-RM-1C. []
  2. À l’époque bibliothèque du CRA, Centre de recherches africaines de l’université Paris 1. Depuis 1982 différents projets de regroupement scientifique se sont succédés, le CRA s’est ainsi vu associé à d’autres centres de recherches, aboutissant en 2006 à la création du Centre d’études des mondes africains (CEMAf) puis, en 2014, de l’Institut des mondes africains (IMAF) désormais installé sur le Campus Condorcet. Les fonds d’archives de la BRA ont rejoint le GED. []
  3. Lettre du 26 septembre 1978, fonds Raymond Mauny, 1RM1C. []
  4. En particulier Yves Person, Jean Boulègue, Claude-Hélène Perrot ou, grâce à son fils, Claude Meillassoux. []
  5. M-A. de Suremain, « L’IFAN et la « mise en musée » des cultures africaines (1936-1961) », Outre-Mers. Revue d’histoire, n°356-357, 2007. URL : https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2007_num_94_356_4289. []
  6. H. Bocoum, B. Toulier, « La fabrication du Patrimoine : l’exemple de Gorée (Sénégal) », In Situ, 20, 2013. URL : https://journals.openedition.org/insitu/10303. []
  7. R. Mauny, « Le Centre de recherches africaines de la Sorbonne », Bulletin de L’IFAN, t. XXIV, n° 1-2, 1964, p. 271-273. []
  8. Par Chloé Capel, archéologue, et moi-même. []
  9. S. Nixon (dir.), Essouk-Tadmekka. An Early Islamic Trans-Saharan Market Town, Brill, 2017 ; Fr.-X. Fauvelle (dir.), L’Afrique ancienne. De l’Acacus au Zimbabwe (20.000 avant le présent – XVIIe siècle), Paris, Belin, 2018 ; A. LaGamma (dir.), Sahel: Art and Empires on the Shores of the Sahara, The Metropolitan Museum of Art, 2020. []
  10. Consortium coordonné de 2011 à 2016 par Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Éric de Dampierre de Nanterre) et Judith Hannoun (Maison Asie Pacifique de Marseille). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.