A la découverte du Tianjin des années 30

Cet article fait partie d’une série destinée à présenter les ressources numériques du Grand équipement documentaire. Retrouvez-nous également sur le compte twitter du Campus Condorcet, avec le mot-dièse #SHSenligne.
Aujourd’hui Valérie Hugonnard, référente et chargée d’accompagnement numérique, vous présente les archives visuelles numérisées du fonds Bontemps.

Le fonds Bontemps, versé à l’IHTP par Jacques Lacomme, petit-fils d’André Bontemps, constitue une source remarquable pour l’historien et pour tout chercheur dont les travaux portent sur la Chine des années trente, en particulier pour ses archives visuelles.

André Bontemps (1888-1969), militaire de carrière et officier de justice militaire depuis 1928 est nommé en Chine, en 1931, juge d’instruction militaire au tribunal militaire de Tianjin où il exerce ses fonctions jusqu’en 1935. C’est avec sa femme et ses deux enfants, qu’André Bontemps s’installe dans la Concession française de Tianjin « Tien-Tsin » en 1931. Photographe de talent, animé d’une démarche d’ethnologue, il saisit au cours de ces années, des instantanés non seulement de la vie quotidienne familiale, mais aussi de celle des militaires, de la population chinoise dans des scènes de rue, d’expatriés au cours de leurs voyages touristiques en Chine du Nord dans des villes comme Beijing, Shanghai, ou la station balnéaire Shanhaiguan. Il capte plus particulièrement l’architecture et l’atmosphère de la ville de Tianjin, passant d’une concession étrangère à l’autre, quatre à l’époque (Grande-Bretagne, Italie, Japon, France).

Le fonds André Bontemps a été décrit dans Calames (cote : Campus Condorcet GED –  CNRS IHTP ARC 3022). Par ailleurs, les 400 photographies en noir et blanc et les 24 films muets de 1 à 2 minutes du fonds ont été numérisées et mise en ligne sur la plate-forme Virtual Tianjin  de l’institut d’Asie Orientale (IAO) et font partie intégrante du projet « Virtual Cities ». Les archives numérisées sont enrichies par l’analyse par Fleur Chabaille, docteure en histoire (Université Lyon 2, IAO), spécialiste des concessions étrangères de Tianjin, Shanghai et Hankou.

 

En complément, Fleur Chabaille propose une analyse de ce fonds iconographique sous forme d’un récit visuel dans un dossier de l’IHTP « Tianjin au temps des concessions étrangères sous l’objectif d’André Bontemps (1931-1935) : Un récit visuel entre micro et macro-histoire » : https://scalar.usc.edu/works/tianjin_bontemps/index

Rue des banques Tianjin, mars 1931 ; Campus Condorcet- GED CNRS-IHTP Fonds Bontemps ARC 3022, Virtual Tianjin 31531.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search